Imag'in - Blog de voyage
Partager ma passion des voyages et surtout parler de mon futur voyage au cambodge!

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Juillet 2017  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31 

Rubriques

Anecdotes
Blogamis
Boutiques
Cuisine et plats traditionnels
En colere
habitations
Hors du pays
Je caquete
Je reve
La mer
Les animaux
Les emblemes
Les hommes
les pierres
nature
On fait mumuse
Paysage
Pour le fun
religion
souvenirs
vie quotidienne
voyage

Sites favoris


Le mariage du siècle

Je me suis levée à l'heure habituelle ce matin, pourtant je me suis couchée tard la veille, Jules est allé à l'aéroport récupérer de la famille qui arrive de Tel-Aviv, non seulement l'avion avait du retard mais il y avait en plus un énorme embouteillage sur la route, c'est normal, c'est le début des vacances.

Il a ensuite fait un crochet par Drancy pour récupérer ses parents. C'est une petite troupe de 6 personnes qui débarque à 2 heures du matin sous le ciel étoilé. Je les attends depuis 22 heures..... et je commence à fatiguer..... on grignote un peu, on se désaltère, le temps que l'on palabre il est déjà trois heures, il faut se coucher, c'est une longue journée qui nous attend......

 

Je  suis un peu stressée lorsque je me réveille, ce n'est pas un jour comme un autre, aujourd'hui, lundi 2 juillet 2001 à 16 heures,  je me marie.....

 

Il est 7 heures, je m'occupe de Rébecca qui vient d'avoir deux ans. Aujourd'hui comme les autres jours elle ira chez sa nounou, j'ai un tas de choses à faire et je ne peux pas m'en occuper. J'ai tout préparé, sa robe de demoiselle d'honneur, les fleurs pour mettre dans les cheveux.... Il manque juste la petite corbeille de fleurs que le fleuriste nous ramènera en début d'après-midi avec mon bouquet. Il est prévu que la Nounou nous rejoigne avec elle avant de partir pour la Mairie car les trois demoiselles d'honneur seront avec nous dans la voiture.

 

(debout la fille de Jules et un cousin israélien  assises, Rébecca ma petite dernière,  Jennifer la couisne et Marianne ma fille)

 

A 9 heures nous sommes tous autour de la  table du petit déjeuner. Ma belle mère a ramené du boulou et des croquants, Jules est parti chercher des viennoiseries et des baguettes fraîches,  nous prenons le petit déjeuner dehors sous la tonnelle.  J'ai prévu un repas léger pour le midi tout en disant à mes invités qu'ils allaient devoir se débrouiller, je dois aller me faire maquiller, je dois aller chez le coiffeur et je n'aurai pas le temps de manger.... Je leur confie l'intendance de la maison.  

 

Il fait beau, le temps m'a préoccupée toute la semaine, j'avais peur de la pluie, mais le soleil est là pour illuminer cette journée unique et en plus il va faire chaud....nous sommes dehors, sous la tonnelle et parlons brièvement du déroulement de la journée. Tout est normalement prêt, ça fait 3 mois que nous y travaillons avec Jules, nous voulons que cette journée soit exceptionnelle, nous voulons que tout le monde en garde un bon souvenir. Nous avons fait fort je vous l'avoue..... Tout est resté secret, rien n'a filtré et mes invités sont loin de se douter de ce qui les attend.

 

Nous avons réservé le site de la grange de Bourgoult, en plein cœur du Vexin Normand, c'est un endroit magnifique qui m'a tout de suite plu. Nous avons pris un traiteur Casher de Paris, ainsi qu'une décoratrice et un disc-jockey spécialisés dans les réceptions juives.

 

Le thème de notre mariage, « Les mille et une nuit »... il nous fallait bien ça !!!.... mais vous comprendrez bien  que « Les mille et une nuit » ça ne se prépare pas en deux temps trois mouvements,  il faut de l'imagination (ça va j'en ai), du temps, (ça j'en ai moins) et de l'argent aussi (pour le mariage on a cassé la cagnotte et je ne le regretterai pas).

 

Notre décor au fond de la salle

 

Plusieurs rendez-vous à Paris seront nécessaires avec la décoratrice et le disc-jockey pour bien coller au thème de la fête. La décoratrice cerne bien tout de suite ce que l'on veut et Claude le disc-jockey aussi, d'ailleurs sa femme va se charger de la coordination de la soirée et je peux vous dire maintenant qu'elle a été au top et qu'heureusement qu'elle était là.

A midi je fonce chez l'esthéticienne pendant qu'une me maquille, l'autre me fait la manucure.... J'ai rendez-vous à 13 heures 30  chez ma coiffeuse, elle est sympa, le lundi ils sont fermés et elle me reçoit chez elle, elle doit me coiffer mais aussi coiffer mes deux demoiselles d'honneur, Marianne et sa cousine Jennifer. On a pas fait de séance d'essayage de coiffure, je ne sais pas ce qu'elle va nous faire mais j'ai totalement confiance en elle. J'ai acheté deux énormes fleurs pour mettre dans les cheveux des filles. Pour moi elle a prévu de grosses perles plates pour mettre dans mon chignon. Elle n'a pas vu la couleur de ma robe et pourtant, les perles seront exactement de la même couleur.

 

Le temps s'accélère, je rentre à la maison avec les filles, à peine le temps de boire un peu parce qu'il fait très chaud, je n'ai pas mangé mais il faut que je pense à m'habiller et à habiller les demoiselles d'honneur. Le photographe est déjà là, mon frère vient d'arriver avec sa nouvelle compagne que je ne connais pas, les livreurs de fleurs n'arrêtent pas, ma maison ressemble à une jardinerie.

 

Avant le départ....

 

Une douche fraîche est la bienvenue, il me reste 45 minutes pour m'habiller, on est dans les temps...... oui mais...... vous savez bien, maintenant que vous me connaissez un peu qu'il y a toujours un « mais »....

 

Le fameux coussin, l'alliance est encore dessus !!!

Nous avons attaché nos alliances sur un petit coussin qui nous a été offert par notre voisine et amie « Brigitte ». Ce coussin est posé sur la table de la salle à manger et le photographe prend des photos, ce petit coussin semble passionner pas mal de monde et ça regarde et ça touche....ça défait les nœuds ou sont attachés les anneaux, ça refait les nœuds..... bref, c'était pas une bonne idée de les laisser là.....

 

Lorsque nous quittons la maison pour nous rendre à la mairie, Marianne prend le petit coussins et quand elle monte dans la voiture, je m'aperçois avec horreur qu'il manque une alliance, celle de Jules !!!

 

Brand le bas de combat, on s'affole, on cherche partout, on ne trouve rien, on a beau ratisser et ratisser, essayer de comprendre, rien n'y fait..... pendant ce temps là, les invités nous attendent sur le perron de la mairie et commencent à s'inquiéter....

 

Nous avons déjà plus de 15 minutes de retard alors nous décidons de partir sans l'alliance de Jules, c'est Laurent le mari de Brigitte qui nous prêtera la sienne, on verra plus tard. La compagne de mon frère me dit « ne t'inquiètes pas on va la retrouver, je vais te la retrouver moi, je retrouve toujours ce genre de choses ».... Elle croit pas si bien dire, elle la retrouvera dans l'herbe le lendemain matin.....

 

On est beaux !!!

 

Je pars contrariée à la mairie et je dispute même Marianne en disant qu'elle n'a pas fait attention, la pauvre elle pleure alors qu'elle n'est pas responsable.....  je trouve que ça commence mal ce mariage et je joue les oiseaux de mauvaise augure dans la voiture.....Je me déride en arrivant à la mairie, les amis, la famille, tout le monde est là......et quand il faut échanger les alliances, on rigole bien croyez-moi, surtout que les doigts de jules sont plus gros que ceux de Laurent.....

 

(mon fils Romain, ma fille Marianne)

Lorsque nous arrivons à la grange du Bourgoult, nos amis de Paris nous ont rejoints, ce sont trois couples d'amis juifs que nous avons rencontrés lors des vacances précédentes en Tunisie et avec qui nous avons sympathisés là bas parce que nous avons fait les 400 coups..... nous avons aussi des amis d'Israël qui arrivent tout droit de l'aéroport, nous sommes au complet, juifs, catholiques et musulmans, tout le monde est là et la fête peut commencer.

 

Trois grands buffets nous attendent à l'extérieur de la grange pour le vin d'honneur, il y a un buffet israélien, un buffet norvégien et un buffet asiatique. Tout le monde se rue sur les plats, sans penser qu'après, vers 20 h 30, il y aura une soirée avec un repas à l'intérieur de la salle. Personne ne voit la salle, elle est fermée pour l'instant, à l'intérieur il y a la décoratrice qui termine les dernières retouches et Claude le disc-jockey qui s'installe.

 

Ni Jules ni moi n'allons pouvoir profiter du buffet, le photographe a repéré plus loin un champ de blé, il veut faire des photos.... Notre séance photo dans tous les recoins du site va durer plus d'une heure trente, j'en ai ras le bol.... Ceci dit lorsque plus tard, ce photographe qui a été sacré meilleur ouvrier de France nous dévoilera notre album souvenir, je ne serais pas déçue....

 

Coucou nous voilà !!!

 

A 20 h 30 pétantes, la femme de Claude va prendre les choses en main. Elle va faire rentrer les invités dans la salle. A leur entrée, les femmes sont accueillies par un jeune garçon en tenue marocaine qui offre un brin de jasmin, ensuite les gens sont dirigés vers un panneau ou est résumé le nom de chaque table et l'endroit où ils sont assis..... nos tables s'appellent « Ispahan » ou encore « Le Bosphore », ou « Byzance ».....Sur nos menus il y a une photo de Jasmine et Aladin dans lesquelles j'ai inséré nos visages......

 

Lorsque tout le monde est installé et s'est désaltéré, Claude demande aux invités de se lever et de faire un cercle pour nous accueillir. C'est un moment très émouvant, nous entrons et saluons nos invités qui font tournoyer les serviettes puis nous ouvrons le bal, nous ne cesserons de danser entre chaque plat.....

 

Après l'entrée, des danseuses brésiliennes nous font un show, je me suis battue avec le Jules car je ne voulais pas de danseuses brésiliennes, ce n'est pas le thème de notre soirée et je trouve que ça gâche tout mais Jules n'a jamais voulu en démordre, il dit que les brésiliennes mettent de l'ambiance et puis de toutes façons, il les avait déjà réservées derrière mon dos pour me faire une surprise.....

 

Des brésiliennes..... clin d'oeil à Charles !!!

 

Vient ensuite une danseuse orientale qui sera accompagnée par deux de mes amies d'origine marocaine, on va tous apprendre la danse du ventre .... Fou rire garanti !!!

 

On a réservé une petite surprise à mon fils et au fils de Jules, le disc-jockey a mis la musique de « Rabbi Jacob » et les appelle pour qu'ils nous fassent une démonstration de danse.... Très vite tout le monde va les rejoindre et on va s'amuser comme des fous....

 

On est crevés, on arrête pas de danser et de faire le tour des tables pour aller voir nos invités.

Avant le dessert, une autre surprise les attend. La séance du henné et l'occasion pour nous d'aller nous installer dans le petit décor oriental au fond de la salle et surtout pour moi de recevoir mes paniers cadeaux offerts par Jules (attention ce n'est pas dans la religion, c'est simplement une tradition...)

 

La joyeuse troupe qui ramène les paniers et le henné

 

On s'éclipse tous les deux pour aller revêtir une tenue un peu plus orientale, nos demoiselles d'honneur ainsi que les jeunes filles de la salle, (copines de Marianne ou famille) nous suivent pour elles aussi s'habiller avec des vêtements ramenés par la décoratrice. Nos porteurs auront des tuniques car nous allons faire une arrivée très remarquée...

 

Les pauvres, je dois être bien lourde !!!!

Tout le monde est aux anges, la musique orientale bat son plein et tout le monde voudra recevoir le henné préparé par ma belle maman. On nous félicite, on reçoit des vœux de bonheur et de longue vie. Jules m'offre une jolie montre et je reçois une corbeille avec 7 paires de chaussures, une autre corbeille avec 7 parfums et une dernière corbeille avec 7 sous-vêtements. Vous l'avez compris, le chiffre 7 symbolise les 7 jours de la semaine.

 

Ils amènent le gâteau....on regarde... pourvu que rien ne tombe....

 

Deux autres temps forts vont marquer ce mariage, le premier est l'allumage de la ménorah, mes parents, mes beaux parents, mon frère, mon beau frère, mes enfants et ceux de Jules viendront allumer une bougie....en musique de fond, la musique du film 1492, Christophe Colomb.

 

Bella maman et derrière, ma maman....

 

Le dernier moment et celui qui clôturera notre soirée, c'est la sortie du drapeau Israélien avec l'hymne national, tout le monde va alors se regrouper et instinctivement se tenir ou se donner la main,  un cercle va se former devant le drapeau et on sentira une vive émotion parmi les non-juif de l'assemblée. A noter que mon groupe d'amis musulmans est là aussi devant mon drapeau.....et c'est vraiment symbolique..bien sûr, moi je verse ma larme... sans me douter... qu'un an et un mois après je vais faire mon aliya.....

 

Ce mariage, on en parlera pendant longtemps.... ça fera pas le tour de mon village mais presque....

 

Ce matin j'ai encore toutes les images dans ma tête et je me suis dit que si je vous avais connu vous mes blogamies, vous auriez tout naturellement été de la fête..... alors à défaut d'être là, je vous fais partager ce petit moment de bonheur....

 

Pour le meilleur et pour le pire.......



Publié à 01:14, le 9/05/2013 dans souvenirs,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien

UN ENFER....UN PARADIS.....

Trois collègues des services techniques s'activent pour mettre tous mes dossiers dans des cartons.  Les gars je les connais bien, ils ont l'air embarrassé et osent à peine me regarder. Je leur demande ce qu'ils font là, ils me répondent qu'ils ont ordre de me déménager et de mettre mon bureau à l'autre bout du couloir, il faut que tout soit terminé avant midi.

Second coup de massue pour moi, en 24 h, ça fait beaucoup d'émotion..... je vais voir le secrétaire général et lui demande des explications.... Il n'en sait pas plus que moi, il applique les ordres. Lui aussi est embarrassé, après tout nous sommes amis mais je vois bien qu'on l'a briffé et il se tient à distance prétextant une soudaine charge de travail.

Je file vers mon nouveau bureau près de l'escalier. C'est l'ancien bureau de la chef du personnel, le poste est à pourvoir alors quelques collègues se risquent à me demander si c'est moi qui suis nommée sur le poste. Je trouve la plaisanterie bien lourde mais visiblement tout le monde n'est pas au courant de ce qui s'est passé la veille.

Je range mon nouveau bureau, je m'installe tant bien que mal, j'attends l'arrivée du Maire pour m'expliquer avec lui et me demande bien comment on va pouvoir travailler de cette façon, nos deux bureaux étant géographiquement opposés. Le Maire ne viendra jamais, il a besoin de temps et il a besoin de digérer, il ne veut pas me voir et transmet ses ordres par le biais du secrétaire général.

Je ne pourrais jamais vraiment m'expliquer franchement avec lui, ni lui apporter les preuves de mon innocence, il ne m'en laissera pas l'occasion.... durant le mois qui va suivre on ne se croisera pratiquement pas, je retrouverai chaque matin des instructions sur le bureau, je ne traite plus certains dossiers, on a plus confiance en moi. Je l'entendrais de temps en temps dans le bureau à côté qui est celui de la secrétaire du S.G., il lui donne du travail qu'elle se fait un plaisir d'accomplir, en général il parle bien fort pour que j'entende tout. Il joue avec mes nerfs et mon mental, je me demande combien de temps je vais tenir.

Si j'avais l'expérience que j'ai maintenant, je serais entrée de force dans son bureau et l'aurait obligé à m'écouter, ensuite j'aurai cherché un job ailleurs et je lui aurai tiré ma révérence, il ne mérite pas d'avoir quelqu'un comme moi qui suis dévouée et qui possède une conscience professionnelle que beaucoup n'ont pas. Je ne suis pas encore mûre  pour affronter tout cela.... La persécution mentale fait chaque jour son effet, tout est bien calculé pour bien me montrer que je suis au placard parce qu'on ne peut pas faire autrement, tout est fait pour me montrer que finalement on a pas besoin de moi et je finis par croire que je suis réellement coupable de ce que l'on m'accuse, je lâche l'affaire,  je me résigne et je laisse faire le temps.....

Chaque jour est un peu plus difficile à gérer, tout le monde est habitué maintenant à mon nouveau bureau et heureusement quelques copines sont là pour me remonter le moral. Le cercle des intimes m'évite toujours autant, alors je les évite aussi, ce n'est pas compliqué finalement.  Je n'ai pratiquement que des tâches idiotes et inintéressantes à accomplir et un matin, je décide que ça ne peut plus durer,  je fais une lettre demandant un changement de service, peu importe où l'on me mettra, ça sera toujours mieux que ce placard ou on m'a mise d'office et ça tombe à pic parce que la collègue qui dirige le service scolaire se casse.... Elle en a marre et veut passer à autre chose.

Ce poste j'en rêve depuis longtemps et je me dis que c'est l'aubaine... en même temps je me dis que le Maire ne va certainement pas vouloir me l'attribuer parce que ça serait pour moi une récompense et qu'à ses yeux je ne la mérite pas. En même temps, je me dis que pour lui c'est une occasion en or... il a certainement envie que je lui débarrasse le plancher, que je me casse, qu'il ne voit plus ma tronche qui doit lui donner envie de vomir..... une telle opportunité ne se représentera pas de sitôt......  Qui ne tente rien n'a rien... je n'ai rien à perdre, je ne peux pas rester comme ça à me croiser les doigts.... Si je n'ai pas le poste et bien c'est décidé, j'irais ailleurs.

Nous sommes trois à postuler mais celle qui a le diplôme requis et qui a le profil qui correspond le plus c'est moi et je finis par le décrocher ce poste mais il va falloir que j'accepte les conditions que l'on m'impose et elles sont loin de m'être favorables....

Je reçois un courrier qui m'informe de ma nomination au poste de responsable du service scolaire mais à mi-temps seulement, le second mi-temps, on m'envoie au service social parce que là bas ils sont débordés et ils ont besoin d'une personne supplémentaire.

Le service social je ne l'ai pas demandé et je ne le veux surtout pas, ce n'est pas un poste pour moi et je sais que moralement ça va pas le faire. Je vais voir le secrétaire général parce que je n'ai toujours pas accès au bureau du Maire et demande des explications.

      - On a coupé la poire en deux me dit-il.... « le service scolaire a besoin de quelqu'un mais le service social aussi, le maire pense que tu peux parfaitement gérer les deux »..... 

    - quoi? mais c'est pas possible, ces deux postes sont des postes à temps complet, déjà V n'avait pas  assez de ses journées pour gérer le service scolaire alors comment veux-tu qu'à mi-temps j'y arrive, en plus je ne connais pas le travail, vous avez laissé partir V sans qu'elle m'ait enseigné quoi que ce soit.

   - Le maire pense que tu gèreras et qu'il n'y a pas de problème

   - Comment veux tu que je puisse gérer, ce sont deux postes lourds et d'ailleurs qu'en pense «A» la responsable du service social?

   - «A» voulait un poste à temps complet, mais budgétairement ce n'est pas possible, donc, elle se contentera d'un demi poste pour commencer, d'ailleurs elle est contente que tu viennes rejoindre l'équipe.

   - Et pour le service scolaire, t'as une idée comment je vais pouvoir gérer la chose avec les réunions, les conseils d'école etc? tu as une idée de comment je vais me gérer moi, le matin je vais être simple employée sous les ordres d'une personne et l'après-midi, je vais être chef de service donnant les ordres.. c'est un truc de fou

   - C'est à prendre où à laisser

   - Je prends... j'ai pas le choix !!!

Dans mon malheur, je vais avoir beaucoup de chance car la petite équipe du service social est soudée et c'est d'ailleurs pour ça que ça marche, on côtoie tellement la misère en permanence qu'il faut s'accrocher. « A », la responsable du service est vraiment à l'écoute de son personnel et sera pour moi une précieuse alliée. Je vais travailler presque 6 mois au service social, j'y suis le matin, quand j'arrive à 8 h 30, il y a déjà 10 personnes qui m'attendent devant mon bureau.... Je ne sais pas pourquoi... tout le monde veut venir avec moi.

Chaque matin avant de commencer à 9 h, on a un débriefing avec « A », on parle de tout et de rien et ça fait vraiment du bien.

La situation me mine.... d'un côté le service social ou je travaille beaucoup ou j'écoute beaucoup, ou j'absorbe tout comme une éponge et ou parfois je m'égare à sortir mon porte monnaie parce que j'en peux plus de voir une maman qui ne peut pas acheter du lait pour son enfant. Alors je me fais taper gentiment sur les doigts, on m'explique qu'il ne faut pas faire ce genre de choses, et jour après jour, j'ai l'impression de m'éteindre à petits feux..... Lorsque j'en sors le midi souvent je pleure et cette misère me colle à la peau..... de l'autre côté le service scolaire l'après-midi est un gros morceau, 14 écoles, 14 directeurs, les parents d'élèves, les réunions, tout à apprendre sur ce service. Petit à petit, les directeurs se mettent de mon côté, j'instaure plein de choses et surtout je communique,  j'innove avec le peu de temps que j'ai..... les choses se mettent en place doucement mais surement.... Les directeurs ne sont pas dupes, ça les embête de ne pas pouvoir me joindre le matin quand ils ont besoin de moi, ils sont conscients des efforts que je fais et ils connaissent parfaitement la situation.

Je parle beaucoup avec « A », elle voit bien comment la situation me stresse,  comment j'ai du mal, elle voit bien que je n'arrive pas gérer cette misère et que je ne suis jamais contente de ce que je fais, enfin elle comprend que ma situation sur les deux postes n'est pas possible...je suis aussi servie au niveau personnel, le divorce approche à grands pas et bien que je l'ai souhaité il s'avère houleux et pas de tout repos......

   L'action de « A », et celle des enseignants auront raison du Maire.... Au bout de 6 mois d'un long bras de fer il jette l'éponge, il me convoque dans son bureau et me dit « le purgatoire est terminé »....... Je reste muette, je ne comprends pas ce qu'il me dit, je le regarde avec un air interrogateur.... « ton purgatoire est terminé, maintenant tu peux aller au paradis,  à compter de demain tu es responsable du service scolaire à temps complet, je compte sur toi pour le faire tourner correctement et je sais que tu en as les moyens parce que j'ai confiance en toi !!!!!

Nous sommes en 1996, je viens de poser mon premier pied dans le paradis, un second se profile à l'horizon... il s'appelle Jules et il vient de louer une jolie grange entièrement retapée en bordure de Seine pour abriter nos amours.



Publié à 01:07, le 9/05/2013 dans souvenirs,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien