Imag'in - Blog de voyage
Partager ma passion des voyages et surtout parler de mon futur voyage au cambodge!

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



«  Juillet 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031 

Rubriques

Anecdotes
Blogamis
Boutiques
Cuisine et plats traditionnels
En colere
habitations
Hors du pays
Je caquete
Je reve
La mer
Les animaux
Les emblemes
Les hommes
les pierres
nature
On fait mumuse
Paysage
Pour le fun
religion
souvenirs
vie quotidienne
voyage

Sites favoris


UN ENFER....UN PARADIS.....

Trois collègues des services techniques s'activent pour mettre tous mes dossiers dans des cartons.  Les gars je les connais bien, ils ont l'air embarrassé et osent à peine me regarder. Je leur demande ce qu'ils font là, ils me répondent qu'ils ont ordre de me déménager et de mettre mon bureau à l'autre bout du couloir, il faut que tout soit terminé avant midi.

Second coup de massue pour moi, en 24 h, ça fait beaucoup d'émotion..... je vais voir le secrétaire général et lui demande des explications.... Il n'en sait pas plus que moi, il applique les ordres. Lui aussi est embarrassé, après tout nous sommes amis mais je vois bien qu'on l'a briffé et il se tient à distance prétextant une soudaine charge de travail.

Je file vers mon nouveau bureau près de l'escalier. C'est l'ancien bureau de la chef du personnel, le poste est à pourvoir alors quelques collègues se risquent à me demander si c'est moi qui suis nommée sur le poste. Je trouve la plaisanterie bien lourde mais visiblement tout le monde n'est pas au courant de ce qui s'est passé la veille.

Je range mon nouveau bureau, je m'installe tant bien que mal, j'attends l'arrivée du Maire pour m'expliquer avec lui et me demande bien comment on va pouvoir travailler de cette façon, nos deux bureaux étant géographiquement opposés. Le Maire ne viendra jamais, il a besoin de temps et il a besoin de digérer, il ne veut pas me voir et transmet ses ordres par le biais du secrétaire général.

Je ne pourrais jamais vraiment m'expliquer franchement avec lui, ni lui apporter les preuves de mon innocence, il ne m'en laissera pas l'occasion.... durant le mois qui va suivre on ne se croisera pratiquement pas, je retrouverai chaque matin des instructions sur le bureau, je ne traite plus certains dossiers, on a plus confiance en moi. Je l'entendrais de temps en temps dans le bureau à côté qui est celui de la secrétaire du S.G., il lui donne du travail qu'elle se fait un plaisir d'accomplir, en général il parle bien fort pour que j'entende tout. Il joue avec mes nerfs et mon mental, je me demande combien de temps je vais tenir.

Si j'avais l'expérience que j'ai maintenant, je serais entrée de force dans son bureau et l'aurait obligé à m'écouter, ensuite j'aurai cherché un job ailleurs et je lui aurai tiré ma révérence, il ne mérite pas d'avoir quelqu'un comme moi qui suis dévouée et qui possède une conscience professionnelle que beaucoup n'ont pas. Je ne suis pas encore mûre  pour affronter tout cela.... La persécution mentale fait chaque jour son effet, tout est bien calculé pour bien me montrer que je suis au placard parce qu'on ne peut pas faire autrement, tout est fait pour me montrer que finalement on a pas besoin de moi et je finis par croire que je suis réellement coupable de ce que l'on m'accuse, je lâche l'affaire,  je me résigne et je laisse faire le temps.....

Chaque jour est un peu plus difficile à gérer, tout le monde est habitué maintenant à mon nouveau bureau et heureusement quelques copines sont là pour me remonter le moral. Le cercle des intimes m'évite toujours autant, alors je les évite aussi, ce n'est pas compliqué finalement.  Je n'ai pratiquement que des tâches idiotes et inintéressantes à accomplir et un matin, je décide que ça ne peut plus durer,  je fais une lettre demandant un changement de service, peu importe où l'on me mettra, ça sera toujours mieux que ce placard ou on m'a mise d'office et ça tombe à pic parce que la collègue qui dirige le service scolaire se casse.... Elle en a marre et veut passer à autre chose.

Ce poste j'en rêve depuis longtemps et je me dis que c'est l'aubaine... en même temps je me dis que le Maire ne va certainement pas vouloir me l'attribuer parce que ça serait pour moi une récompense et qu'à ses yeux je ne la mérite pas. En même temps, je me dis que pour lui c'est une occasion en or... il a certainement envie que je lui débarrasse le plancher, que je me casse, qu'il ne voit plus ma tronche qui doit lui donner envie de vomir..... une telle opportunité ne se représentera pas de sitôt......  Qui ne tente rien n'a rien... je n'ai rien à perdre, je ne peux pas rester comme ça à me croiser les doigts.... Si je n'ai pas le poste et bien c'est décidé, j'irais ailleurs.

Nous sommes trois à postuler mais celle qui a le diplôme requis et qui a le profil qui correspond le plus c'est moi et je finis par le décrocher ce poste mais il va falloir que j'accepte les conditions que l'on m'impose et elles sont loin de m'être favorables....

Je reçois un courrier qui m'informe de ma nomination au poste de responsable du service scolaire mais à mi-temps seulement, le second mi-temps, on m'envoie au service social parce que là bas ils sont débordés et ils ont besoin d'une personne supplémentaire.

Le service social je ne l'ai pas demandé et je ne le veux surtout pas, ce n'est pas un poste pour moi et je sais que moralement ça va pas le faire. Je vais voir le secrétaire général parce que je n'ai toujours pas accès au bureau du Maire et demande des explications.

      - On a coupé la poire en deux me dit-il.... « le service scolaire a besoin de quelqu'un mais le service social aussi, le maire pense que tu peux parfaitement gérer les deux »..... 

    - quoi? mais c'est pas possible, ces deux postes sont des postes à temps complet, déjà V n'avait pas  assez de ses journées pour gérer le service scolaire alors comment veux-tu qu'à mi-temps j'y arrive, en plus je ne connais pas le travail, vous avez laissé partir V sans qu'elle m'ait enseigné quoi que ce soit.

   - Le maire pense que tu gèreras et qu'il n'y a pas de problème

   - Comment veux tu que je puisse gérer, ce sont deux postes lourds et d'ailleurs qu'en pense «A» la responsable du service social?

   - «A» voulait un poste à temps complet, mais budgétairement ce n'est pas possible, donc, elle se contentera d'un demi poste pour commencer, d'ailleurs elle est contente que tu viennes rejoindre l'équipe.

   - Et pour le service scolaire, t'as une idée comment je vais pouvoir gérer la chose avec les réunions, les conseils d'école etc? tu as une idée de comment je vais me gérer moi, le matin je vais être simple employée sous les ordres d'une personne et l'après-midi, je vais être chef de service donnant les ordres.. c'est un truc de fou

   - C'est à prendre où à laisser

   - Je prends... j'ai pas le choix !!!

Dans mon malheur, je vais avoir beaucoup de chance car la petite équipe du service social est soudée et c'est d'ailleurs pour ça que ça marche, on côtoie tellement la misère en permanence qu'il faut s'accrocher. « A », la responsable du service est vraiment à l'écoute de son personnel et sera pour moi une précieuse alliée. Je vais travailler presque 6 mois au service social, j'y suis le matin, quand j'arrive à 8 h 30, il y a déjà 10 personnes qui m'attendent devant mon bureau.... Je ne sais pas pourquoi... tout le monde veut venir avec moi.

Chaque matin avant de commencer à 9 h, on a un débriefing avec « A », on parle de tout et de rien et ça fait vraiment du bien.

La situation me mine.... d'un côté le service social ou je travaille beaucoup ou j'écoute beaucoup, ou j'absorbe tout comme une éponge et ou parfois je m'égare à sortir mon porte monnaie parce que j'en peux plus de voir une maman qui ne peut pas acheter du lait pour son enfant. Alors je me fais taper gentiment sur les doigts, on m'explique qu'il ne faut pas faire ce genre de choses, et jour après jour, j'ai l'impression de m'éteindre à petits feux..... Lorsque j'en sors le midi souvent je pleure et cette misère me colle à la peau..... de l'autre côté le service scolaire l'après-midi est un gros morceau, 14 écoles, 14 directeurs, les parents d'élèves, les réunions, tout à apprendre sur ce service. Petit à petit, les directeurs se mettent de mon côté, j'instaure plein de choses et surtout je communique,  j'innove avec le peu de temps que j'ai..... les choses se mettent en place doucement mais surement.... Les directeurs ne sont pas dupes, ça les embête de ne pas pouvoir me joindre le matin quand ils ont besoin de moi, ils sont conscients des efforts que je fais et ils connaissent parfaitement la situation.

Je parle beaucoup avec « A », elle voit bien comment la situation me stresse,  comment j'ai du mal, elle voit bien que je n'arrive pas gérer cette misère et que je ne suis jamais contente de ce que je fais, enfin elle comprend que ma situation sur les deux postes n'est pas possible...je suis aussi servie au niveau personnel, le divorce approche à grands pas et bien que je l'ai souhaité il s'avère houleux et pas de tout repos......

   L'action de « A », et celle des enseignants auront raison du Maire.... Au bout de 6 mois d'un long bras de fer il jette l'éponge, il me convoque dans son bureau et me dit « le purgatoire est terminé »....... Je reste muette, je ne comprends pas ce qu'il me dit, je le regarde avec un air interrogateur.... « ton purgatoire est terminé, maintenant tu peux aller au paradis,  à compter de demain tu es responsable du service scolaire à temps complet, je compte sur toi pour le faire tourner correctement et je sais que tu en as les moyens parce que j'ai confiance en toi !!!!!

Nous sommes en 1996, je viens de poser mon premier pied dans le paradis, un second se profile à l'horizon... il s'appelle Jules et il vient de louer une jolie grange entièrement retapée en bordure de Seine pour abriter nos amours.


Publié à 01:07, le 9/05/2013 dans souvenirs,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien
Page suivante ->